Genève

 

Lire l'article



 

Le Grand-Genève est en panne.

Constat: aucune vision globale englobant la région franco-valdo-genevoise en matière de transports (le CEVA est une exception urbaine), de logement, d'aménagement, de santé, culture etc...

Un peu d'Histoire...
Une proposition de la députée PS Marti de construire des logements sociaux sur le Golf de Cologny avait fait sourire en son temps, mais renvoie en réalité à l'histoire de notre région, à ses contradictions, à ses disparités..., celles de communes juxtaposées, catholiques savoyardes ou françaises depuis 1814, plus pauvres et sur-densifiées, et genevoises, protestantes depuis 1536, communes riches, se protégeant de l'urbanisation.

On commémore, dans un presque oubli, cette année les 200 ans de l'annexion des premières, dites Communes réunies. L'annexion forcée de ces communes catholiques se fit difficilement, l'intégration mit 100 ans avant d'être apaisée, bien après le Kulturkampf qui les priva pendant 10 ans de lieux de culte, puis de clochers... (ça ne vous rappelle rien?). Le Congrès de Vienne en 1815 les retira de leurs pays d'origine (Savoie et France) afin de créer le canton de Genève, il fallait des espaces pour créer un canton compacte entre les différentes communes ou villages protestants (grenier agricole et viticole et lieux de résidences secondaires d'été pour de riches huguenots de la Ville) éparpillés en terre catholique. On créa aussi les Zones franches, couloir de 10 km de large autour du Canton pour atténuer les disparités fiscales, économiques et permettre la libre circulation...déjà!

La remarque de C. Marti nous renvoie donc, sans que certains le sachent!, à ces incongruités de l'Histoire: une lutte des classes qui dépassent les conflits religieux et politiques et imprègnent l'aménagement:

- d'un côté, la densification désordonnées pour les communes pauvres (les Communes réunies);
- de l'autre, le maintien des espaces de détente, de villégiature et d'un bâti historique de prestige ou de décor pour les communes riches protestantes.

Le Grand-Genève subit encore à l'heure actuelle ces disparités dues à son histoire au niveau de son aménagement, de sa politique des transports, du logement (les logements de luxe, achetés parfois avec des avantages d'Etat octroyés sans impunité à une caste privilégiée, se trouvent hors des Communes réunies!!), de la culture, etc...
Contrairement à Bâle, le Conseil d'Etat actuel semble avoir mis le dossier du grand-Genève en hibernation!

L'ensemble de la région genevoise mérite une réflexion sur une nouvelle approche institutionnelle: en commençant par une clarification du rôle de la Ville-centre qu'est Genève-Ville, comme l'a fait le Canton de Zurich.

Puis, une clarification de l'institutionnalisation du grand-Genève, pas par des cénacles ridicules où s'affrontent deux rhétoriques, une française, une romande.
Non, il faut une assemblée consultative transfrontalière (VD/GE/FR) mettant sur la table les grands dossiers précités.

C'est ainsi, dans un premier temps, qu'on affaiblira le débat émotionnel orchestré par le MCG ou le FN; la polémique des impôts rétrocédés aux communes françaises limitrophes en est un bel exemple.

Manuel Tornare, conseiller national PS, Genève



 

      1. Écouter


FORUM sur RTS 1ère 02.07.2014



 

      1. FORUM 07.10.2013


FORUM sur RTS 1ère 07.10.2013